Qui sommes-nous ?

Mathilde Leclerc

  • Grey LinkedIn Icon

Journaliste, 26 ans

Alain Brunelière

  • Grey LinkedIn Icon

Chargé d'affaires en génie climatique, 27 ans

 

Partir avec un fil rouge : l'eau

2015 fut notre première "vraie" expérience à l'étranger. Celle qui vous déroute, vous noue le ventre et vous fait ouvrir grand les yeux sur l'inconnu. Nous étions parti un peu plus de deux mois en Inde, entre autres, avec le réel besoin "de voir du pays" et de sortir de notre zone de confort. ça n'a pas loupé !

Dès le premier pas posé à Mumbai, les moindres scènes de la vie quotidienne nous interpellaient. Nous les avons observé, puis raconté. Avec notre regard, sans préjugés.

Auprès d'un vidéaste dans le bidonville de Dharavi, Mathilde observait le va-et-vient de ces femmes qui viennent chercher l'eau. Un vrai business, raconté dans le blog que nous avons tenu, "Regard sur Bombay".

Dans le bidonville, chaque jour, des femmes attendaient des heures et des heures. Les bras ballants, le regard figé sur la vanne endormie. De l'eau en sort une seule fois par jour, entre 20 h et 21 h 30. Elle régule les journées de toute une frange de la population. Et surtout, elle coûte cher en temps et en argent. 

Cet accès à l'eau potable, et les enjeux qui l'entourent, nous ont interpellé. En France, tant que l'eau coule au robinet, on oublie vite combien elle est précieuse. D'ailleurs, depuis 2015, l'eau n'a cessé de faire parler d'elle. Ne serait-ce qu'à l'issue de la journée mondiale de l'eau au Brésil, au printemps, où un constat alarmant a été fait par l'ONU. En 2050, 5,7 milliards d'êtres humains pourraient se trouver dans des territoires où l'eau manque au moins un mois par an. Et à l'heure actuelle, deux milliards de personnes n'ont pas accès à l'eau potable.

Cette thématique a ressorti, une fois notre parcours autour du monde tracé. Nous ne voulions pas vagabonder sans fil rouge. Bien au contraire. Pourquoi ne pas en profiter pour aller à la rencontre des populations pour voir comment elles gèrent leur approvisionnement en eau au quotidien ?

Nous avons décidé de mettre nos emplois respectifs entre parenthèses, le temps de prendre le large. Dans l'idée de médiatiser ce qui se passe ailleurs et de faire prendre conscience de cette problématique environnementale.

Nous aurions pu braquer les projecteurs sur la gestion des déchets. Ca nous aurait bien plus. Mais à défaut de visiter des décharges sur le terrain, d'un pays à un autre, nous avons choisi d'effectuer des “Escales au fil de l’eau”.​

CONTACTEZ-NOUS

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
safe-for-water.png

©2018 by Escales au fil de l'eau.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now